entete
Accueil > Blog > Décret tertiaire et durabilité : quelles implications pour les collectivités ?

Décret tertiaire et durabilité : quelles implications pour les collectivités ?

Le décret tertiaire, également désigné sous le nom de « dispositif éco-énergie tertiaire », découle de la loi Élan et incarne une réponse directe aux enjeux mondiaux du développement durable. Cet article examine les répercussions du décret tertiaire sur les collectivités, les défis à relever et les opportunités qui se présentent.

 

Quels sont les fondements et les objectifs du décret tertiaire ?

 

Le décret tertiaire trouve ses fondements dans une initiative portée par le ministère de la Transition Énergétique : la loi Élan (Évolution du Logement, de l’Aménagement et du Numérique). Cette dernière engage les différents secteurs de la société dans une démarche de réduction des émissions de gaz à effet de serre et d’efficacité énergétique.

 

Le décret tertiaire se profile comme un levier majeur pour concrétiser les objectifs de cette transition. Ses objectifs sont clairement définis : une réduction graduelle et significative des niveaux de consommation énergétique des bâtiments du secteur tertiaire. À cet égard, le décret fixe des objectifs chiffrés particulièrement exigeants : une réduction de 40 % d’ici 2030, suivie d’une réduction de 50 % d’ici 2040, et enfin une réduction de 60 % d’ici 2050. 

 

Quelles sont les obligations fixées par le décret tertiaire ?

 

Les obligations établies par le décret tertiaire pour les entreprises et le décret tertiaire pour les collectivités s’articulent autour de plusieurs axes clés :

 

  • Collecte et déclaration des données : Les propriétaires ou gestionnaires de bâtiments assujettis doivent collecter les données de consommation énergétique de manière régulière et les déclarer à l’administration ;
  • Objectifs de réduction : Les acteurs concernés doivent élaborer des plans d’actions visant à atteindre les objectifs de réduction fixés par le décret. Ces plans doivent contenir des mesures concrètes et adaptées pour réduire la consommation énergétique ;
  • Suivi et reporting : Les progrès réalisés doivent être suivis et rapportés régulièrement ;
  • Incitation à l’amélioration continue : Les décrets encouragent également les initiatives en faveur de l’amélioration continue de l’efficacité énergétique et de l’utilisation de sources d’énergie renouvelables.

 

La portée du décret tertiaire

 

Quels types de bâtiments sont concernés par le décret ?

 

Le décret tertiaire s’étend sur une variété de bâtiments appartenant au secteur tertiaire. Ces structures englobent entre autres les bâtiments de bureaux, les établissements commerciaux, les établissements d’enseignement, les centres de santé, les équipements sportifs et culturels, et les établissements d’hébergement. De plus, le décret tertiaire bâtiment neuf s’applique spécifiquement aux nouvelles constructions, exigeant des normes élevées dès leur conception pour garantir une empreinte énergétique minimale.

 

Les collectivités assujetties à ce dispositif

 

Le décret tertiaire impose des obligations aux collectivités territoriales et locales, ainsi qu’aux établissements publics, dont les activités impliquent la gestion de bâtiments du secteur tertiaire. Cela inclut les mairies, les conseils régionaux, les conseils départementaux, les hôpitaux publics, les écoles publiques… Les administrations et établissements publics sont ainsi conviés à participer activement à l’effort de transition énergétique à travers une gestion plus éco-responsable de leurs infrastructures.

 

Collecte de données et respect des obligations

 

La collecte des données de consommation énergétique constitue le point de départ du décret tertiaire. Les collectivités et les gestionnaires de bâtiments doivent mettre en place des systèmes de surveillance et de relevé précis, capables de recueillir des informations concernant la consommation d’électricité, de gaz, de chauffage, de climatisation et d’autres sources d’énergie. Ces données doivent être collectées de manière régulière et systématique afin de fournir une base solide pour l’évaluation et l’amélioration continue des performances énergétiques.

 

Une fois les données de consommation recueillies, les acteurs assujettis doivent élaborer des plans d’actions détaillés pour atteindre les objectifs de réduction fixés par le décret. Ces mesures peuvent varier en fonction des caractéristiques spécifiques de chaque structure et de ses besoins énergétiques. Elles peuvent inclure :

  • L’identification et l’adoption de technologies et équipements écoénergétiques ;
  • L’amélioration de l’isolation thermique et de l’étanchéité des bâtiments ;
  • L’optimisation des systèmes de chauffage, de climatisation et d’éclairage ;
  • L’intégration de sources d’énergie renouvelable ;
  • La sensibilisation et la formation des occupants pour une utilisation économe de l’énergie.

 

Quelles sanctions en cas de manquement ?

 

En cas de non-respect des obligations fixées par le décret tertiaire, les collectivités et les gestionnaires de bâtiments risquent de faire face à des conséquences juridiques, financières et d’image. 

 

Les sanctions prévues en cas de manquement varient en fonction de la gravité de l’infraction. Les autorités compétentes peuvent mettre en œuvre des mesures coercitives pour assurer la mise en conformité, telles que des mises en demeure ou des injonctions. En cas de non-respect persistant, des sanctions financières peuvent être imposées. Les montants de ces sanctions sont prévus par la réglementation et dépendent de la nature et de la fréquence des infractions. Elles peuvent aller jusqu’à 1500 euros pour les personnes physiques, et 7500 euros pour les personnes morales.

 

Outre les sanctions financières, le non-respect des obligations peut également entraîner une atteinte à la réputation des contrevenants. En effet, l’engagement en faveur du développement durable et de l’efficacité énergétique devient de plus en plus crucial dans l’opinion publique et peut influencer la perception des parties prenantes.

 

Comment se préparer à l’obligation de réduction de 60 % d’ici 2050 ?

 

Pour commencer, il convient d’évaluer la consommation énergétique actuelle et d’identifier les principales sources de gaspillage. Par la suite, il est important de développer un plan d’action détaillé, échelonné sur plusieurs années, pour atteindre progressivement les cibles de réduction. Ce plan doit inclure des objectifs spécifiques, des étapes mesurables et des délais réalistes pour chaque phase.

 

Pour se préparer à l’obligation de réduction, il est impératif d’investir dans des améliorations d’efficacité énergétique. Cela peut inclure des mises à niveau des systèmes de chauffage, de climatisation et d’éclairage, ainsi que l’adoption de technologies intelligentes pour la gestion optimisée des bâtiments. Les énergies renouvelables, telles que l’énergie solaire et éolienne, doivent également être envisagées pour réduire la dépendance aux sources d’énergie traditionnelles.

 

La transition vers des pratiques énergétiques plus durables nécessite l’implication de tous les acteurs. De ce fait, la sensibilisation et la formation du personnel et des occupants des bâtiments sont cruciales pour promouvoir l’utilisation économe de l’énergie au quotidien. Les campagnes de sensibilisation peuvent encourager de nouvelles habitudes et renforcer la responsabilisation envers les objectifs de réduction.

 

Les collectivités et les gestionnaires de bâtiments peuvent bénéficier de la collaboration avec des experts en efficacité énergétique, des consultants en développement durable et des entreprises spécialisées dans les technologies vertes. Ces partenariats peuvent fournir des conseils spécialisés, des solutions innovantes et une expertise technique pour maximiser les gains d’efficacité.

 

Pour finir, il est impératif de suivre régulièrement les progrès réalisés pour une transition réussie. Les indicateurs clés de performance doivent être surveillés et comparés aux objectifs fixés. Si des ajustements sont nécessaires, ils doivent être mis en œuvre rapidement pour maintenir la trajectoire vers l’objectif de réduction à long terme.

 

Les défis à relever pour atteindre les objectifs de réduction

 

Atteindre les objectifs ambitieux de réduction fixés par le décret tertiaire s’accompagne de défis significatifs pour les collectivités et les gestionnaires de bâtiments. Voici quelques-uns des défis majeurs à relever pour réussir dans cette entreprise :

  • Investissement financier : La mise en place d’infrastructures écoénergétiques et la mise en œuvre de technologies innovantes nécessitent souvent des investissements financiers considérables. Les collectivités et les gestionnaires de bâtiments doivent mobiliser des ressources pour effectuer ces améliorations, tout en équilibrant les coûts avec les avantages économiques à long terme tels que les économies d’énergie et les gains opérationnels ;
  • Changement des comportements : La transition vers des pratiques énergétiques plus durables exige un changement de comportement de la part des occupants des bâtiments. Sensibiliser et encourager les habitudes économes en énergie nécessite une communication efficace et une sensibilisation continue ;
  • Complexité des structures : Les collectivités et les gestionnaires de bâtiments peuvent avoir des structures complexes et diversifiées, avec une variété de bâtiments, d’usages et de besoins énergétiques. Adapter des stratégies cohérentes à des structures variées peut être complexe et exige une planification minutieuse pour garantir une efficacité maximale ; 
  • Disponibilité des ressources : L’accès à certaines ressources (experts en efficacité énergétique, technologies vertes, données de consommation…) peut être limité pour certaines collectivités ;
  • Évolution technologique :
  • L’évolution constante des technologies et des normes énergétiques peut rendre difficile le choix des solutions optimales à mettre en place. 

 

Les opportunités économiques et environnementales pour les collectivités

 

La mise en œuvre du décret tertiaire ne se limite pas aux défis, mais ouvre également la voie à de nombreuses opportunités économiques et environnementales pour les collectivités et les gestionnaires de bâtiments. 

 

L’une des opportunités les plus évidentes est la réduction significative des coûts énergétiques à long terme. En adoptant des mesures d’efficacité énergétique, les collectivités peuvent réaliser des économies considérables sur leurs factures énergétiques, libérant ainsi des ressources financières pour d’autres investissements ou services.

 

De plus, la mise en conformité avec le décret tertiaire peut améliorer la valeur immobilière des bâtiments. En effet, les bâtiments écoénergétiques sont plus attractifs pour les locataires et les utilisateurs, ce qui peut potentiellement augmenter les revenus locatifs et la demande. 

 

Les collectivités engagées dans des pratiques énergétiques durables renforcent également leur crédibilité en matière de développement durable et de responsabilité environnementale. Cette image positive peut attirer de nouveaux partenaires, investisseurs et résidents, contribuant ainsi à la croissance économique et à l’engagement de la communauté.

Pour finir, la mise en place de projets d’efficacité énergétique peut stimuler l’économie locale en créant des emplois dans les secteurs de la construction, de la technologie verte et de la gestion énergétique. Ces initiatives contribuent ainsi à la croissance économique de la région. Pour encourager ces dernières, le gouvernement et de nombreux organismes proposent des subventions, des réductions fiscales et des incitations financières pour encourager les pratiques énergétiques durables.