Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Filtrer par Catégories
Actualités
CEE / Décret tertiaire
Courtage en énergie
Énergie
Fournisseurs
Témoignages
Transition énergétique

  27/12/2022

Prix de l’électricité et du gaz : Bilan et perspectives d’évolution (2022-2023)

Partagez cet article

L’année 2022 a été marquée par de nombreux chamboulements sur le marché de l’énergie, entre conflits politiques en Europe, incertitudes autour du covid et difficultés de production d’énergie par EDF. Ces aléas ont causé une hausse historique du prix de l’électricité et du gaz naturel.

 

livre blanc : Comment maîtriser à long terme ses factures avec son conseiller Optima Énergie ?

 

Évolution des prix de l’électricité en 2022

 

Un premier semestre 2022 record !

 

 

L’année 2022 sur le prix de l’électricité a été historique, dans la continuité des hausses perçues sur la deuxième moitié de 2021. En effet, dès la fin de l’été 2021, des inspections et travaux de maintenance ont mis en évidence des problèmes de corrosion sur plusieurs réacteurs nucléaires français. Au total, 16 réacteurs sont concernés par ce défaut, les plus récents du parc nucléaire en service.

 

Ces problèmes de corrosion, associés à un calendrier de maintenance perturbé depuis la crise du covid, ont provoqué une réduction importante de la production électrique à partir du nucléaire. Ces difficultés, couplées à l’annonce de la guerre en Ukraine, ont provoqué une hausse progressive de la tension sur le marché sur la première moitié de l’année. Entre le 1er janvier 2022 et le 1 juillet 2022, le prix pour 2023 est passé de 127,8€/MWh à près de 364,29€/MWh, soit une hausse de 185%.

 

Cette tension s’est ensuite accentuée lors de la période estivale, pour atteindre des niveaux historiques, à 1130€/MWh. Cette hausse a été lié à :

 

  • la production nucléaire limitée ;
  • la réduction progressive des volumes de gaz russe livrés en Europe ;
  • les incertitudes et une forte spéculation des acteurs du marché sur les préparatifs de l’hiver 2022-2023 ;
  • la sécheresse importante en France en août, limitant la production électrique hydraulique ;
  • la hausse de la consommation électrique pour climatiser les locaux et logements.

 

Début d’une phase d’accalmie au second semestre

 

A partir de septembre, le prix de l’électricité est entré dans une phase d’accalmie progressive, due à la fin de la sécheresse, des volumes de GNL livrés importants ou encore une activité économique chinoise limitée à cause du covid. De plus, l’atteinte, fin octobre, des niveaux maximales de stockage du gaz en France et en Europe ont permis de rassurer les marchés. 

 

Au final, le prix de l’électricité pour 2023 s’élève autour des 280€/MWh fin décembre, grâce à une production EnR importante. Ce niveau de prix représente malgré tout une hausse de 120% sur l’année. 

 

Sur les années de livraison à plus long terme (2024 et 2025), le prix de l’électricité est plus réduit, du fait d’une marge de manœuvre plus importante de la part des acteurs de l’énergie. Néanmoins, le prix 2024 a connu une hausse importante de 196% sur l’année, pour s’établir autour des 260€/MWh. Pour 2025, le prix de l’électricité s’établit autour des 175€/MWh (+102% sur l’année).

 

Les perspectives pour 2023 sur le marché de l’électricité

 

Le prix de l’électricité devrait s’inscrire dans la continuité de cette fin 2022, avec une légère réduction des prix de l’électricité. Néanmoins, cette réduction probable est incertaine et fragile, car la tension de fond sur la production électrique française et européenne peut provoquer des variations à la fois soudaines et importantes. 

 

En effet, de nombreux réacteurs nucléaires français vont devoir effectuer leur maintenance, décalée à de nombreuses reprises, et les problèmes de corrosion vont empêcher une production importante d’énergie par les réacteurs nucléaires. EDF annonce d’ailleurs une projection de production électrique nucléaire à hauteur de 300-330 TWh, soit une production sensiblement identique par rapport à 2022.

 

De plus, selon l’état des stocks gaziers à la fin de cet hiver, la tension pourrait s’accroître sur fond de spéculation sur les préparatifs de l’hiver 2023-2024. En effet, en cas de niveau de stock bas en gaz naturel d’ici fin mars 2023, l’effort de préparation de l’hiver suivant serait plus conséquent et complexe, dans une absence totale de volumes gaziers russes. D’ailleurs, selon les évolutions de la guerre en Ukraine, les décisions politiques peuvent influencer les cours de l’énergie (gaz, charbon, pétrole…). 

 

Enfin, les aléas climatiques (période de grand froid, sécheresse, catastrophe climatique…) pourraient encourager les tensions du marché et influencer les niveaux de demande d’énergie.   

 

Évolution des prix du gaz en 2022

 

 

Un premier semestre de forte tension sur l’approvisionnement

 

A l’image de l’électricité, le cours du gaz a connu une année mouvementée, sous le prisme du conflit en Ukraine. En effet, les différentes sanctions prises par l’Europe au sujet de la Russie ont entraîné une baisse progressive des volumes de gaz russe livrés en Europe. Or, à l’origine, le gaz russe représentait près de 45% des volumes de gaz importés en Europe, soit environ 155 milliards de m3.

 

Au cours du premier semestre 2022, une phase de stabilisation s’est mise en place, dans l’attente de l’entrée en vigueur des premières sanctions européennes. Puis, début juillet, la Russie a entamé une procédure de réduction progressive des volumes de gaz livrés, en réaction aux différentes embargos et sanctions. 

 

Cette décision de la Russie a provoqué une panique sur les marchés. Le prix du gaz pour l’année de livraison 2023 a atteint un niveau record, à 297,75€. En conséquence, les politiques européens ont dû trouver des solutions pour compenser ces volumes manquants. La solution retenue a été d’acheter en quantité du GNL auprès des Etats-Unis, du Qatar, de l’Egypte ou encore de l’Afrique de l’Ouest. Au total, plus de 50 milliards de m3 de GNL ont été importés. 

 

Une accalmie en fin d’année, suite au succès du stockage gazier

 

Couplé au plan de sobriété énergétique, ces livraisons de GNL ont permis d’atteindre la capacité maximale de stockage de gaz début Novembre, et être ainsi en capacité de répondre aux besoins énergétiques durant l’hiver 2022-2023. Cette réussite a permis aux prix du marché de connaître une réduction progressive, grâce à un contexte favorable : 

 

  • Les températures au début de l’hiver étaient douces ;
  • La demande énergétique a été plus faible que prévu (-8% sur l’électricité par rapport à 2020, -12% pour le gaz par rapport à 2018) ;
  • La situation sanitaire en Chine limite l’activité économique.

 

Au final, entre septembre et décembre, le prix du gaz naturel pour 2023 a diminué de 57%, pour s’établir à 79,06€/MWh. Concernant 2024 et 2025, le prix a respectivement diminué de 36% (à 75,52€/ MWh), et de 26,5% (à 58,8€/MWh).

 

Les perspectives pour 2023 sur le marché du gaz

 

Le prix du gaz naturel devrait connaître une période d’incertitude, entre :

 

  • niveau de production d’électricité à partir du gaz naturel ;
  • capacité de l’Europe à maintenir sa fourniture en GNL ;
  • niveau de stock à la sortie de l’hiver 2022-2023 ;
  • volumes de gaz russe livrés en GNL ;
  • décisions politiques européennes au sujet de la situation en Ukraine…

 

Par exemple, à partir du 15 février 2023, l’Europe va introniser un mécanisme de correction sur les prix du gaz. Ce mécanisme met en place un plafond, à hauteur de 180€/MWh, pendant une durée d’un an, et activée automatiquement lorsque :

 

  • Le prix TTF mensuel dépasse les 180 EUR/MWh pendant trois jours ouvrables ;
  • Le prix TTF mensuel doit dépasser le prix de référence pour le GNL de 35 EUR/MWh sur les marchés mondiaux pendant cette même période de trois jours ouvrables.

 

Ce plafond devrait limiter les conséquences des évolutions tarifaires sur le marché gazier. Cette mesure devrait également limiter l’impact sur les prix de l’électricité, à cause d’un coût réduit dans le fonctionnement des centrales d’électricité à gaz. A plus long terme, les incertitudes sont trop marquées pour pouvoir sortir une tendance de marché.

 

Nouveau call-to-action

Steven Perros

Chargé de marketing chez Optima Energie, j'ai pour mission de vous simplifier la compréhension du monde de l'énergie !

Ces articles pourraient également vous intéresser

électromobilité

Quelles sont les bornes de recharge les plus proches de moi ?

Pour la fin de l’année 2022, le gouvernement a fixé comme objectif l’installation de 100 000 bornes…

Lire la suite
Isolation thermique bâtiment optima énergie

Isolation thermique : Comment isoler efficacement mon bâtiment ?

Avec la hausse des coûts de l’énergie et l’importance de la cause environnementale, l’isolation thermique des bâtiments…

Lire la suite
Bâtiment à énergie positive BEPOS

Bâtiment à Énergie Positive (BEPOS) : Quelles obligations pour les bâtiments de mon entreprise ?

Les bâtiments à énergie positive entrent dans le cadre de la loi relative à la transition énergétique…

Lire la suite

Vous souhaitez recevoir les derniers conseils des experts Optima Energie ?

Inscrivez-vous à la newsletter du blog pour recevoir les nouveaux articles dès leur parution.