Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Filtrer par Catégories
Actualités
CEE / Décret tertiaire
Courtage en énergie
Énergie
Fournisseurs
Témoignages
Transition énergétique

  14/06/2022

L’État du parc nucléaire français : une situation préoccupante

Partagez cet article

Le parc nucléaire français est dans une situation tendue, avec près de la moitié des réacteurs à l’arrêt. Source d’énergie majoritaire en France, avec 70% du mix énergétique, la filière du nucléaire doit aujourd’hui répondre à un défi de taille : 

  • Répondre à la majorité de la demande d’électricité ;
  • Assurer une continuité d’approvisionnement ;
  • Régler les problèmes de corrosion et de maintenance du parc.

Ces problèmes mettent en péril la filière de production d’électricité pour l’hiver 2022-2023, car les niveaux de demandes pourraient dépasser les capacités de production de la France.  Une telle situation entraînerait une hausse à court et moyen terme du prix de l’énergie. 

 

Quelle est la situation du parc nucléaire en France ?

 

Comment fonctionne une centrale nucléaire ?

 

Les centrales nucléaires actuelles se basent sur la fission nucléaire pour créer de la vapeur à haute pression. Cette force permet par la suite de faire tourner une turbine et de créer de l’électricité. Pour contrôler la réaction et contrôler la production de chaleur, les centrales nucléaires doivent être placées à proximité de cours d’eau. 

 

La vapeur créée par la fission du combustible nucléaire est contenue dans un circuit fermé, le circuit secondaire. Cette vapeur permet de faire tourner une turbine, reliée à un alternateur. Cet alternateur, une fois en mouvement, permet de créer de l’électricité. Cette électricité est ensuite acheminée par le réseau de transport vers les zones de consommation. 

 

La vapeur, une fois passée par la turbine, doit ensuite être refroidie, pour pouvoir produire à nouveau de la vapeur, au contact de la chaleur du circuit primaire. Pour permettre le refroidissement, le circuit de refroidissement achemine l’eau chaude issue du condenseur vers l’aéroréfrigérant. Cette installation utilise l’air ambiant et le vent pour refroidir l’eau. La chaleur extraite de l’eau, vers l’air ambiant, se disperse sous forme de vapeur dans l’atmosphère. 

 

Ce refroidissement est permis par le circuit de refroidissement, qui tire du fleuve, une eau suffisamment froide pour transformer la vapeur en eau liquide. D’autres méthodes de production d’électricité à partir d’énergie nucléaire existent :

 

  • Des centrales nucléaires sans aéroréfrigérant ;
  • Des centrales nucléaires à base de Thorium ;
  • Le projet ITER : projet de recherche sur le fonctionnement d’un réacteur à fusion nucléaire.

 

La France parmi les 3 plus grands producteurs d’électricité à partir d’énergie nucléaire

 

En France, on compte en 2022 près de 56 réacteurs nucléaires. Parmi ces réacteurs, on dénombre 3 familles de réacteurs différents, dotées de puissances variées. 

 

Type de réacteurs nucléaires Nombre de réacteurs de cette famille en France
900 MWe 32
1300 MWe 20
1450 MWe 4
1650 MWe 1*

 

*réacteur en construction, sur la centrale de Flamanville

 

Avec ces installations, la France s’est placée deuxième en 2018 au niveau mondial en termes de production d’électricité à partir de centrales nucléaires, juste derrière les Etats-Unis, et devant la Chine.

 

  1. Les Etats-Unis : 841,3 TWh
  2. La France : 412,9 TWh
  3. La Chine : 295 TWh

 

Ce niveau de production place l’énergie nucléaire en première place dans le mix énergétique français, devant l’énergie hydraulique, les énergies renouvelables (ENR), l’énergie thermique (gaz, charbon…).

 

Cette méthode de production d’électricité permet : 

 

  • de produire un niveau conséquent d’énergie ;
  • de contrôler les niveaux de production, à l’inverse des énergies renouvelables ;
  • d’être neutre en rejets de CO2, dans le cadre de la protection de l’environnement.

 

Par contre, les centrales nucléaires à fission produisent une quantité notable de déchets. En effet, les centrales nucléaires en France fonctionnent à partir d’uranium. Ce combustible doit être changé tous les 3 ans, pour conserver un niveau de production satisfaisant. 

 

Le combustible usagé est ensuite envoyé à la Hague, à l’usine de retraitement. Cette usine isole les matériaux valorisables, tels que l’uranium et le plutonium, des autres minéraux dangereux. Ces seconds types de minéraux doivent être conditionnés, avant d’être enfouis par la suite entre 15 et 500 mètres de profondeur, selon le niveau d’activités. 

 

Un parc nucléaire vieillissant, originaire des années 1980

 

La majorité des réacteurs en fonction actuellement en France est issue du plan de développement intensif du parc nucléaire dans les années 80. Ces réacteurs arrivent ainsi aujourd’hui au terme de leur durée d’exploitation maximale, établie initialement à 40 ans.

 

On compte au total 37 réacteurs mis en service entre 1976 et 1985, arrivant au terme de leur exploitation, soit 66% du parc nucléaire français. Ces réacteurs devaient rejoindre en 2020 les 12 réacteurs déjà arrêtés, actuellement en cours de démantèlement.

 

Pour répondre à ce problème d’échéance, l’Etat et EDF ont mis en place le plan grand carénage. Ce plan consiste à prolonger la durée de vie des réacteurs nucléaires français pour assurer une sécurité d’exploitation suffisante, dans le cadre d’un allongement de l’exploitation. 

 

Grâce à ce travail de maintenance, l’ASN (Agence de Sureté Nucléaire) et l’Etat français ont décidé en 2021 d’allonger la durée d’exploitation des centrales nucléaires de 10 ans supplémentaires, pour atteindre les 50 ans. 

 

Le parc nucléaire français : une problématique de sûreté d’exploitation et d’acheminement à traiter

 

Depuis 2020, cet allongement des durées d’exploitation nécessite des maintenances et autres révisions importantes pour assurer le prolongement des exploitations de centrales. Combiné avec la crise sanitaire, ce calendrier de maintenance et de révision a été fortement perturbé. Conséquence directe, les maintenances ont dû être planifiées entre 2021 et 2023. 

 

Ce nouveau calendrier a mis en évidence des problèmes de corrosion sur les réacteurs les plus récents.

 

Un problème de corrosion sur les systèmes de sécurité de refroidissement des réacteurs

 

Les visites de contrôle de l’ASN et les diverses maintenances préventives ont mis en évidence des problèmes de corrosion sur des systèmes de sécurité sur le refroidissement du réacteur. Plus précisément, la corrosion a touché les soudures, sur les coudes des tuyauteries d’injection de sécurité. A long terme, cela entraîne des fissures, préjudiciables dans le bon fonctionnement des installations. Reliés directement au circuit primaire du réacteur et constamment sous contrainte, les coudes concernés ne peuvent pas être remplacés lors du fonctionnement de la centrale. 

 

corrosion centrale nucléaire système de refroidissement

Source : EDF

 

Cette tuyauterie permet, en cas d’accident, de refroidir dans de bonnes conditions le combustible, et donc de ralentir la fission nucléaire. Ce problème concerne actuellement les familles les plus récentes du parc nucléaire. Au total, près de 12 réacteurs nucléaires sont mis à l’arrêt à cause de cette corrosion. La famille des 900 MW est en cours de contrôle pour vérifier le bon état des installations. A l’heure actuelle, l’ASN n’a pas détecté ce phénomène sur cette famille.

 

Un retard dans la mise en service et la sûreté d’exploitation de la centrale de Flamanville

 

Depuis 2007, le troisième réacteur de la centrale nucléaire de Flamanville, de type EPR, est en cours de construction. Initialement, sa mise en service était programmée en 2012. Néanmoins, l’ASN a détecté lors de visites de contrôle de nombreuses anomalies dans la construction des installations, notamment sur une des cuves de la centrale. Cette nouvelle génération est à eau pressurisée, avec une puissance énergétique plus importante. 

 

Néanmoins, le retard pris par EDF dans la construction de cet EPR a entraîné un surcoût total estimé à plus de 16 milliards d’euros, selon la cour des comptes. Au total, le coût estimé pour la construction de cet EPR est estimé à 19,1 milliards. Pour l’heure, EDF prévoit une mise en service au plus tôt au cours de l’année 2023, avec un chargement en combustible à la fin 2022. 

 

Une telle nouvelle pourrait aider la filière de production d’électricité à répondre à la demande énergétique. Néanmoins, la situation à Flamanville ne rassure pas, quand on cumule cela avec l’annonce de nouvelles constructions de réacteurs de type EPR.  

 

Avec une telle situation, comment gérer son budget énergétique ? 

 

Les consommateurs d’électricité doivent aujourd’hui anticiper sur plusieurs mois, voire années, leur budget énergétique. Les cours de l’électricité sont en effet plus abordables à moyen-long terme, par rapport au prix spot. De plus, une anticipation à moyen terme de l’achat énergétique protège votre entreprise des hausses importantes des tarifs énergétiques. 

 

A titre d’exemple, avec la situation sur la production nucléaire et la guerre en Ukraine, le prix de l’électricité a bondi de 18% en mai 2022, pour atteindre les 300 €/MWh pour l’année de livraison 2023. Le prix pour 2025 est lui bien inférieur pour l’instant, s’établissant autour des 190€/MWh. 

 

Dans la recherche du prix le plus intéressant pour votre entreprise, des prestataires de service, comme Optima Energie, accompagnent les consommateurs dans la maîtrise de leur budget énergétique. 

 

Quel est l’accompagnement proposé par Optima Energie ? 

 

Optima Energie propose aux entreprises et autres consommateurs professionnels d’énergie (associations…) un accompagnement personnalisé, autour de nombreux sujets énergétiques. Notre équipe peut ainsi vous proposer : 

 

  • un service de courtage en énergie ;
  • une veille du marché énergétique (nouvelles offres énergétiques, évolutions juridiques, évolutions technologiques…) 
  • un service d’optimisation de vos coûts énergétiques, associés à votre consommation (CEE, marché de capacité, TURPE, etc.)
  • de nombreux conseils sur la stratégie d’achat énergétique à long terme de votre entreprise…

 

A partir de vos documents énergétiques (devis, factures, contrats…), notre équipe d’experts peut vous transmettre un audit personnalisé en moins de 48 heures. Cet audit détaille les axes d’amélioration, avec les solutions à votre disposition pour maîtriser à long terme votre budget. 

 

Nouveau call-to-action

marius-ciocirlan-vMV6r4VRhJ8-unsplash

Steven Perros

Chargé de marketing chez Optima Energie, j'ai pour mission de vous simplifier la compréhension du monde de l'énergie !

Ces articles pourraient également vous intéresser

autoconsommation panneau photovoltaïque sobriété énergétique

Les panneaux solaires : quels avantages pour son autoconsommation ?

Depuis une quinzaine d’années, le panneau solaire est une technologie en plein développement, capable de couvrir en…

Lire la suite
efficacité énergétique industrie conseil en énergie

Efficacité énergétique dans l’industrie : quels avantages d’être accompagné par un cabinet de conseil en énergie ?

Le contexte actuel sur le marché de l’électricité et du gaz naturel impose aux consommateurs professionnels d’énergie…

Lire la suite
Réduire consommation énergie sobriété efficacité énergétique

Le courtage en énergie selon Optima Énergie

Présent sur l’ensemble du territoire français, Optima Énergie est un courtier en énergie résolument engagé dans la…

Lire la suite

Vous souhaitez recevoir les derniers conseils des experts Optima Energie ?

Inscrivez-vous à la newsletter du blog pour recevoir les nouveaux articles dès leur parution.