Autoconsommation :
un nouveau levier de croissance pour votre entreprise

Optima Énergie propose aux professionnels une étude de faisabilité et une analyse budgétaire des revenus complémentaires dus à la revente des surplus de production. 

Optima Énergie suit chaque étape du projet pour un objectif 200% rentable. 

Consommez votre énergie et  captez des revenus supplémentaires

Les prix de l’électricité s’envolent et continueront probablement à augmenter dans les années à venir. Face à ce constat, l’autoconsommation présente un intérêt économique croissant, tant pour les particuliers que pour les entreprises.

Comment s’applique-t-elle ? Comment la mettre en place ?

Remplissez ce formulaire

Consommez votre énergie et captez des revenus supplémentaires

Pour les entreprises, l’autoconsommation solaire consiste à produire de l’électricité à partir de panneaux solaires installés sur les toits ou au-dessus des parkings (ombrières photovoltaïques et carports).

Pour les professionnels comme pour les particuliers, il existe 2 logiques d’autoconsommation différentes :

  • L’autoconsommation individuelle : l’électricité produite est consommée ou vendue. Outre l’aspect économique, cela participe au développement des énergies renouvelables.
  • L’autoconsommation collective: les producteurs et consommateurs finaux sont multiples. Il y a en plus une dimension sociale et solidaire. Ce mode d’autoconsommation orienté vers les circuits courts s’intègre totalement dans le principe d’économie circulaire.

Le cadre légal de l’autoconsommation des entreprises

Le code de l’énergie

L’autoconsommation (des particuliers et des entreprises) est définie par les articles L315-1 à L315-8 du Code de l’énergie1.

Ces dernières années, plusieurs lois et décrets sont venus préciser et élargir le cadre de l’autoconsommation collective :

  • Décret du 28 avril 2017: encadrement de l’autoconsommation collective
  • Loi Pacte du 22 mai 2019: élargissement du périmètre
  • Loi énergie-climat du 9 novembre 2019: intégration de la notion d’autoconsommation collective étendue
  • Loi climat et résilience du 22 août 2021: les communautés d’énergie peuvent devenir des personnes morales organisatrices (PMO)

La LOI n° 2017 - du 24 février 2017 a permis d’encourager et de sécuriser le marché de l’autoconsommation. Dans la continuité, l’arrêté du 9 mai 2017 fixe les « conditions d'achat de l'électricité produite par les installations implantées sur bâtiment utilisant l'énergie solaire photovoltaïque »2.

Arrêté du 9 mai 2017

[1] https://www.legifrance.gouv.fr/codes/section_lc/LEGITEXT000023983208/LEGISCTA000032939883/#LEGISCTA000032939883

[2] D'une puissance de crête installée inférieure ou égale à 100 kilowatts telles que visées au 3° de l'article D. 314-15 du code de l'énergie et situées en métropole continentale. https://www.legifrance.gouv.fr/loda/id/JORFTEXT000034631446/

Le cadre légal de l’autoconsommation des entreprises

Sur le plan économique, on distingue plusieurs modèles d’autoconsommation. Le choix du modèle adapté dépend bien évidemment des besoins énergétiques de l’usine ou de l’entreprise.

Autoconsommation individuelle avec revente du surplus

Ce modèle d’autoconsommation consiste à revendre l’excédent d’électricité à un opérateur. Le tarif de rachat est fixé chaque trimestre par la Commission de régulation de l’énergie (CRE).

Autoconsommation individuelle totale

L’énergie produite par l’entreprise ou le particulier est consommée de manière instantanée. Ce mode de consommation est adapté aux professionnels qui ont un taux d’autoconsommation élevé, car le surplus à revendre est faible.

Autoconsommation collective

On parle d’autoconsommation collective lorsque plusieurs producteurs et consommateurs finaux sont liés au sein d’une personne morale. Les points de soutirage et d’injection doivent notamment respecter des critères de proximité géographique.

Depuis 2019, le périmètre d’autoconsommation collective a été élargi, ce qui a permis la création de projets d'îlots urbains d’autoconsommation collective associant des bâtiments d’habitation, des bureaux et des commerces.

Les bénéfices de l’autoconsommation pour les entreprises

Qu’elle soit individuelle ou collective, l’autoconsommation présente un intérêt croissant, aussi bien des points de vue écologique, qu’économique ou de l’indépendance énergétique. Dans une étude réalisée en 2017, EDF établissait que 83 % des dirigeants d’entreprises étaient intéressés par l’autoconsommation.

Intérêt économique

Face à la hausse du prix de l’énergie et à la baisse du prix des installations, l’autoconsommation apparaît économiquement intéressante. Par ailleurs, des incitations financières existent (complément de rémunération, exonérations de taxes, TURPE spécifique, etc.).

Affirmer sa RSE avec l’autoconsommation

L’autoconsommation, surtout si elle est collective, répond aux 3 piliers de la démarche RSE : économique, environnemental et social. Avec l’autoconsommation vous pouvez :

  • Utiliser une électricité plus respectueuse de l’environnement ;
  • Entrer pleinement dans une économie circulaire et locale, en favorisant les échanges et l’interconnexion entre producteurs et consommateurs, grâce à l’autoconsommation collective ;
  • Complète les actions de sobriété énergétique de votre entreprise.

Comment mettre en place l’autoconsommation ?

Bénéficier d’aides

Pour accompagner l’installation de panneaux solaires sur toiture, l’État a mis en place la prime à l’investissement. Très connue chez les particuliers, elle est également ouverte aux professionnels qui choisissent l’autoconsommation avec vente du surplus.

Les conditions d’obtention de cette prime à l’autoconsommation sont fixées par l’Arrêté du 9 mai 2017.

Selon cet arrêté :

  • La prime est ouverte aux installations dont la puissance est comprise entre 3 kWc et 100 kWc
  • Son versement est étalé sur 5 ans, 1/5 étant donnés chaque année

Prime à l’autoconsommation : quelles restrictions ?

Outre les conditions de puissance, certaines installations solaires ne sont pas éligibles. C’est notamment le cas des installations posées directement au sol.

Il existe cependant des solutions : pour bénéficier de la prime, vous pouvez aussi installer un carport solaire ou une ombrière photovoltaïque.

Se tourner vers des installateurs agréés

Afin de pouvoir bénéficier de la prime à l’autoconsommation, il est essentiel de se tourner vers un installateur reconnu garant de l’environnement (RGE). Cette certification reconnue par l’État garantit également une certaine qualité des travaux réalisés.