02/07/2021

Smart Grids : Les systèmes électriques intelligents utilisés par la France pour atteindre la neutralité carbone

Partagez cet article

Le monde de l’énergie est en constante évolution, que ce soit en termes de prix ou en termes d’innovations technologiques. Ces innovations offrent aux acteurs de l’énergie de nouvelles possibilités pour leurs prestations de services. Cela peut passer par le développement des énergies renouvelables (EnR), jusqu’à la mise en place des bornes de recharge pour véhicules au bord des routes. Ces innovations vont se généraliser grâce aux smart grids. Ce système permet de concevoir la production et la consommation d’électricité avec une vision nouvelle, plus flexible, décentralisée et respectueuse de l’environnement. 

 

Dans cet article, nous allons donc voir ensemble :

 

  • Une définition des smart grids ;
  • Les objectifs à atteindre ;
  • Les raisons pour lesquelles ce nouveau système est apparu ;
  • Les technologies utilisées pour mettre en place les smart grids ;
  • Les bénéfices que votre entreprise peut réaliser.

 

Cet ensemble de nouvelles technologies est l’avenir du marché électrique français, pour atteindre les engagements pris lors de la COP21. Pour débuter cet article, posons les bases des smart grids et définissons précisément ce réseau électrique de nouvelle génération.

 

Les smart grids : c’est quoi ? 

 

Les smart grids, ou réseaux intelligents en français, sont des réseaux électriques qui répondent à une recherche d’efficacité de la production d’électricité par rapport au niveau de la demande. Ce réseau doit répondre à un problème majeur : l’estimation de la consommation. 

 

A l’heure actuelle, le niveau de demande sur le réseau électrique est en grande partie estimé, en fonction des historiques de consommation. Les compteurs anciennes générations (électromécanique et électronique) ne transmettent pas automatiquement leurs données à Enedis. Des relevés d’index réguliers sont donc nécessaires chaque année pour vérifier et corriger l’estimation. Pour l’instant, il n’est donc pas possible pour Enedis de connaître exactement la demande globale d’électricité en temps réel. 

 

Quels sont les objectifs à atteindre ?

 

Or, cette estimation de consommation pose problème dans la mesure où la France s’est fixé des objectifs pour atteindre la neutralité carbone d’ici 2050. Parmi ces objectifs, il y a la diminution de : 

 

  • 30 % de la consommation d’énergies fossiles en 2030 ;
  • 20 % de la consommation d’énergie finale en 2030 par rapport à 2012 ;
  • 50 % de la consommation d’énergie finale en 2050.

Ces objectifs font écho aux objectifs à atteindre d’ici 2030, fixés par l’Union Européenne en termes de protection de l’environnement :

 

  • Une réduction de 40% des émissions de gaz à effet de serre par rapport à 1990 ;
  • Un taux d’au moins 32% d’EnR dans la consommation finale d’électricité ;
  • Une amélioration d’au moins 32,5% de l’efficacité énergétique.

 

Pour atteindre ces objectifs, les actions doivent s’appuyer sur un relevé au réel permettant d’ajuster les niveaux de production d’électricité à tout instant. C’est le principal enjeu du réseau intelligent. Cette recherche de flux tendu en production d’électricité s’explique par de nombreux facteurs techniques. 

 

Une production d’électricité en flux tendu pour respecter les objectifs de la transition énergétique

 

Pour l’Union Européenne, optimiser au maximum la production d’énergie permet de lutter contre les rejets de gaz à effets de serre. Cette réflexion est liée à une règle de priorisation des sources de production d’énergie.

 

Certes, en 2021, le mix énergétique français est dominé par le nucléaire. Néanmoins, les EnR sont prioritaires en termes d’injection d’énergie par rapport aux productions d’énergie fossiles. Cette priorité s’explique à la fois par des facteurs environnementaux, mais aussi techniques. 

 

En effet, les EnR ont une production d’électricité variable selon les conditions météorologiques (vent, ensoleillement, marées, précipitations…). Cette intermittence rend difficile la capacité à ajuster le niveau de production de ces EnR. Pour combler ces variations, les énergies fossiles prennent le relai afin de répondre à la demande énergétique. 

 

Or, si on connaît précisément la demande en temps réel, il est possible d’ajuster en temps réel la production des énergies fossiles, et donc les rejets de CO2.

 

Quelles sont les technologies nécessaires pour la mise en place des smart grids ? 

 

Le smart grid repose sur plusieurs technologies informatiques qui permettent aux gestionnaires de réseau, Enedis et RTE, de piloter précisément la production d’électricité. Parmi ces technologies, on retrouve :

 

  • les compteurs communicants nommés Linky ;
  • les capteurs de tension sur les réseaux électriques ;
  • les capteurs de mesure du niveau de production d’électricité…

 

Ces mesures doivent assurer une production énergétique efficiente et capable de répondre aux nouveaux besoins de la population. En effet, on observe plusieurs changements sur le marché de l’électricité depuis quelques années :

 

 

Enfin, ces nouvelles technologies de l’information dans l’énergie apportent plusieurs bénéfices aux consommateurs :

 

  • une relève à distance du compteur électrique ;
  • une réduction des erreurs de relevé ;
  • une baisse des prix pour les petites interventions sur le compteur ;
  • une maîtrise accrue de la consommation d’énergie pour le consommateur. 

 

Les smart grids : un contrôle accru de la consommation électrique pour les entreprises 

 

Les compteurs Linky ont la capacité de transmettre en temps réel la consommation d’électricité et d’être autonome dans la gestion de la consommation. Les consommateurs professionnels d’électricité peuvent ainsi piloter précisément leurs dépenses énergétiques, en fonction de l’heure, la météo… 

 

De plus, l’installation des compteurs intelligents est autofinancée par Enedis. En effet, grâce aux diverses économies réalisées, Enedis est en capacité de financer la mise en place des smart grids en France. Par exemple, les smart grids vont permettre de :

 

  • Réduire les potentielles fraudes lors des relèves ; 
  • Réduire des déplacements humains auparavant nécessaires pour effectuer des relèves, etc.

 

Au total, le déploiement des 35 millions de compteurs intelligents Linky serait estimé à 4 milliards d’euros. La CRE, dans son communiqué de presse, a indiqué que l’installation des compteurs intelligents est en avance sur les délais initiaux. En effet, au 1er juin 2021, Linky a installé 32 des 35 millions de compteurs intelligents. 

 

Ainsi, les coûts liés seraient pour l’instant plus faibles que prévus. De plus, dès l’annonce de ce projet, la CRE avait annoncé que les coûts liés aux Linky seraient lissés, permettant l’autofinancement du projet. 

 

En effet, ce lissage permet aux acteurs qui avancent les coûts (Enedis et RTE) d’être rémunérés par les gains économiques liés à l’optimisation des coûts offerts par Linky. Finalement, le consommateur n’a pas à payer pour l’installation de cette nouvelle génération de compteurs. 

 

Quelles données sont récoltées avec les Linky ? 

 

Enedis est l’organisme qui récolte les données du réseau de distribution d’électricité, et donc des compteurs, qu’il soit communiquant ou non. Dans le détail, Enedis récolte les données : 

 

  • de contact, au travers d’un échange direct ou avec un fournisseur (nom, prénom, numéro de téléphone, PDL…) ;
  • de compteur sur la consommation en KWh, et de production le cas échéant ;
  • liées à un projet de raccordement ;
  • de navigation sur leur site internet, au travers des cookies.

 

Comme indiqué sur le site internet de Enedis, ces données récoltées ne peuvent être transmises à des tiers, sauf si cela est nécessaire dans le cadre de la fourniture d’électricité. 

 

Ainsi, on utilise ces données pour :

 

  • informer votre fournisseur de votre consommation énergétique sur la période donnée ;
  • l’envoi de mails et sms à des fins d’information ou de suivi de vos démarches (coupure de courant, avancée d’un projet de raccordement, des conseils d’utilisation du compteur, etc.). 

Enedis assure également le stockage des données récoltées par les compteurs. Toutes ces données sont accessibles et contrôlables en ligne depuis l’espace client de Enedis. 

 

Où se positionne votre entreprise en termes de consommation durable ? 

Nos experts en énergie réalisent pour vous une étude personnalisée sur la situation énergétique de votre entreprise. En fonction des besoins de votre entreprise, ils peuvent vous proposer un accompagnement personnalisé pour mener à bien vos projets énergétiques. 

 

marius-ciocirlan-vMV6r4VRhJ8-unsplash

Steven Perros

Chargé de marketing chez Optima Energie, j'ai pour mission de vous simplifier la compréhension du monde de l'énergie !

Ces articles pourraient également vous intéresser

Année de référence

Comment définir son année de référence pour le décret tertiaire ? (INFOGRAPHIE)

Depuis son entrée en vigueur en 2019, le décret tertiaire est le sujet phare dans le monde…

Lire la suite
Optima Courtage

Opérat : Comment s’inscrire et utiliser la plateforme du décret tertiaire ?

Le décret tertiaire vise, à travers Opérat, à répondre aux enjeux de la transition écologique et énergétique…

Lire la suite
Optima Courtage

Quelle est l’activité type concernée par le décret tertiaire ?

Les premières déclarations sur la consommation énergétique des bâtiments vont débuter en septembre 2022. Ces déclarations ont…

Lire la suite