22/12/2021

La Transition Énergétique, alliée de vos économies

Partagez cet article

De nos jours, les consommateurs souhaitent réduire leur impact sur l’environnement, mieux consommer. Ils sont dans une démarche de consommation locale, d’achats directs au producteur, de réduction des déchets. 

 

Dans leur rapport à l’énergie aussi, les consommateurs changent. C’est pourquoi le gouvernement français met en place des solutions pour réduire l’impact de la consommation énergétique sur l’environnement et les sociétés. La Transition Énergétique apparaît alors.

 

La Transition Énergétique, kézako ?

 

S’incluant dans la transition écologique globale mise en place par l’Union Européenne, la Transition Énergétique est définie comme un véritable changement des modes de production et de consommation de l’énergie. 

 

Finalement, la Transition Énergétique est un nouveau mode de consommation de l’énergie, qui s’inscrit totalement dans les nouveaux modes de vie des français : achats en circuits courts, zéro déchet, recyclage, achats de seconde main… 

 

C’est vouloir utiliser l’énergie de la meilleure des façons, afin de réduire les impacts sur la planète et les populations, à travers une réelle recherche de durabilité et de proximité.

 

 

Mais finalement, d’où vient ce terme ? 

 

Il en a été question pour la première fois en 1980, à Berlin, lors d’un congrès qui avait pour thème la Transition Énergétique. A cette époque, de plus en plus de questions se posent sur l’utilisation des énergies fossiles, les besoins en énergie, ou encore les ressources disponibles sur Terre.

 

A la suite de ce congrès, de nombreux enjeux ont été soulevés par le gouvernement français : 

 

  • la réduction des émissions de gaz à effet de serre ;
  • la diminution de la consommation énergétique ; 
  • la protection des populations ;
  • l’indépendance au nucléaire…

 

Dans l’optique de leur donner une importance extrême, et de rendre prioritaire la réalisation des objectifs qui en découlent, l’État français a décidé de mettre en place une loi : la Loi relative à la Transition Énergétique pour la croissance verte.

 

La loi Transition Énergétique 

 

Proposée en 2014, lors du Grenelle de l’Environnement, la Loi relative à la Transition Énergétique pour la croissance verte a été adoptée le 17 août 2015. 

 

Son but ? Créer des outils pour lutter contre le réchauffement climatique, et permettre l’indépendance énergétique de la France. En effet, si son principal cheval de bataille est l’axe écologique, la réduction de l’impact sur les sociétés est également importante.

 

Cette loi fixe plusieurs objectifs, déterminés par la Commission européenne, qui sont finalement les bases d’un modèle énergétique neuf : à travers des énergies renouvelables et propres, elle vise à une forte création d’emplois, à encourager l’économie circulaire, et à réduire considérablement les déchets liés au milieu de l’énergie.

 

Des enjeux importants

 

La Loi Transition Énergétique possède plusieurs enjeux, qui agissent sur des thématiques précises : 

 

  • Lutter contre le réchauffement climatique 

 

Forte inquiétude du XXIème siècle, et sujet de vastes études, le réchauffement climatique est déjà à l’origine de nombreuses modifications sur l’environnement et l’économie. Il est principalement dû aux émissions de CO2, rejeté dans l’atmosphère par les activités humaines, et l’énergie consommée chaque jour. 

 

Afin d’agir sur cette thématique, il est important d’utiliser les énergies renouvelables, moins émettrices de CO2 qu’une centrale à charbon, par exemple.

 

  • Réduire l’impact écologique global

 

Entre particules fines, méthane et déchets nucléaires, la production d’énergie entraîne de nombreuses sources de pollution. Elle provoque également une forte consommation des ressources naturelles comme l’eau. 

 

Utiliser davantage d’énergies renouvelables permettrait de réduire les émissions carbone, et de sauvegarder les ressources terrestres. 

 

  • Améliorer la santé des populations 

 

La production d’énergies entraînant des émissions de CO2 et de particules fines dans l’air, ce dernier est moins sain, et peut provoquer des maladies. Les centrales nucléaires, par exemple, sont également extrêmement dangereuses pour les populations voisines en cas d’accidents.

 

 Il est donc important de diminuer la dépendance à cette énergie, afin de réduire les facteurs de risque.

 

  • Réduire les déchets

 

Comme cela a été évoqué en amont, la production d’énergie fossile et nucléaire engendre de nombreux déchets. Privilégier les énergies renouvelables permettrait de les diminuer. En effet, l’énergie éolienne produit 11 g de CO2 par kWh, soit entre 20 et 80 fois moins que le charbon, et 10 à 40 fois moins que le gaz. De plus, la production d’énergie renouvelable peut être amenée à utiliser des déchets ménagers compostables, pour la biométhanisation par exemple. 

 

La démarche de recyclage et de développement de l’économie circulaire est très intéressante.

 

  • Relancer la croissance

 

Tourner le dos aux énergies fossiles, chères à exploiter, pour s’orienter vers les énergies renouvelables, moins onéreuses, permettrait de relancer la croissance économique.

 

Cela engendrerait la création de nombreux emplois, notamment dans les secteurs de l’environnement et de la technologie. 

 

Des objectifs ambitieux

 

Cette loi possède huit objectifs qui sont ambitieux, mais indispensables pour le bien-être de la planète et de ses habitants : 

 

  • Réduire les émissions de gaz à effet de serre (-75% en 2050 par rapport à 1990) ;
  • Diminuer la consommation énergétique (-50% en 2050 par rapport à 2012) ;
  • Réguler la consommation d’énergies fossiles (-30% en 2030 par rapport à 2012) ;
  • Augmenter la part des énergies renouvelables dans la consommation énergétique française (Objectif : 32% de la production énergétique en 2030) ;
  • Diminuer la part du nucléaire dans la consommation énergétique française (Objectif : 50% de la consommation énergétique en 2025) ;
  • Améliorer les performances énergétiques des bâtiments (grâce à de nombreuses aides et plans de relance) ;
  • Lutter contre la précarité énergétique (permettre à tous d’accéder à l’énergie sans coût excessif) ;
  • Réduire la production des déchets liés à la consommation énergétique.

 

Des acteurs impliqués

 

Plusieurs instances œuvrent pour la Transition Énergétique : l’Union Européenne, le gouvernement, l’État, les collectivités… Le principal intéressé dans cette démarche est l’ADEME, l’Agence de la Transition Écologique. Zoom sur cet acteur incontournable.

 

Créée en 1991, l’Agence de l’Environnement de de la Maîtrise de l’Énergie dépend de plusieurs ministères : Ministère de la Recherche et de l’Innovation, Ministère de la Transition Écologique et Solidaire, et le Ministères de l’Enseignement Supérieur. 

 

En 2020, nouvelle identité pour cette agence, qui devient l’Agence de la Transition Écologique, afin d’accélérer le processus de Transition Énergétique. Nouveau nom, mais valeurs inchangées, puisque l’objectif reste le même : lutter contre le réchauffement climatique et la dégradation des ressources. 

 

L’ADEME, acteur incontournable de la Transition Énergétique

 

Ses cinq principaux domaines d’intervention sont : 

 

  • les déchets ;
  • les sols pollués et les friches ;
  • l’énergie et le climat ;
  • l’air et le bruit ;
  • et quelques actions transversales : durabilité des productions et des territoires…

 

L’ADEME est constituée d’experts en tous domaines : environnement, énergie, économie, technologie… qui œuvrent ensemble de la recherche à la concrétisation des projets qui permettront d’assouvir leurs objectifs. Ce sont plus de 1000 collaborateurs répartis sur quatre thématiques différentes : 

 

  • Connaître : parce que la place de la recherche et de l’innovation est importante dans la démarche de l’organisation, et qu’il est nécessaire d’avoir une vision globale de l’évolution du marché ;
  • Convaincre et Mobiliser : pour que la Transition Énergétique soit une réussite, il est nécessaire que chaque individu soit sensibilisé. Pour cela, l’ADEME met en place de nombreuses campagnes de communication ;
  • Conseiller : à travers la création d’outils permettant de transmettre l’expertise de l’ADEME aux acteurs économiques ;
  • Aider à réaliser : grâce à des soutiens financiers et une expertise forte.

 

Vous souhaitez réaliser des économies d’énergie, et diminuer votre budget ? Nos experts sont à votre disposition pour mettre en place la Transition Énergétique dans votre entreprise.

 

marius-ciocirlan-vMV6r4VRhJ8-unsplash

Clémentine Masson

Responsable marketing chez Optima Energie, je suis passionnée par la rédaction et le design. J'ai à coeur de vous faire découvrir le monde de l'énergie, et tous ses secrets !

Ces articles pourraient également vous intéresser

Impact charbon prix électricité

L’impact du marché charbon sur le prix de l’électricité

En 2021, la consommation de charbon a augmenté de 6% par rapport à 2020. Dans le dernier…

Lire la suite
Impact marché carbone prix électricité

L’impact du marché carbone sur le prix de l’électricité

Avec une hausse considérable du prix de l’électricité en cette fin d’année 2021, l’heure est au questionnement….

Lire la suite
Modèle lettre de résiliation

Modèle de lettre de résiliation pour le contrat d’énergie de votre entreprise

Le contrat d’énergie de votre entreprise arrive à échéance et vous souhaitez changer de fournisseur d’électricité ou…

Lire la suite