Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Filtrer par Catégories
Actualités
CEE / Décret tertiaire
Courtage en énergie
Énergie
Fournisseurs
Témoignages
Transition énergétique

  16/06/2022

Les centrales nucléaires en France : quelle évolution dans les années à venir ?

Partagez cet article

Fer de lance du mix énergétique depuis les années 1980, le parc nucléaire français arrive aujourd’hui à bout de souffle. La majorité des centrales nucléaires en fonction arrive au terme de leur durée maximale d’exploitation. Pourtant, elles constituent encore environ 67% de la production d’électricité en France. Cet état de santé de nos centrales nucléaires pose question sur l’avenir de l’énergie en France. Avec le contexte géopolitique actuel, ces questions sont encore plus justifiées.

 

Ainsi, dans le cadre des accords de Paris et la préservation de l’environnement, la Programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE) a fixé les objectifs à suivre pour le gouvernement dans les années à venir. L’objectif est simple : diminuer les émissions de gaz à effet de serre rejetées dans l’atmosphère, par une révision du mix énergétique français. 

 

Parmi les recommandations fixées, elle propose de réduire à 50% d’ici 2030 la part du nucléaire dans le mix énergétique français. 

 

Quelle place pour le nucléaire dans le mix énergétique français à l’horizon 2035 ? 


PPE : les nouvelles centrales nucléaires ne sont pas privilégiées

 

La PPE propose de développer dans de grandes proportions les installations en énergies renouvelables (solaire, éolien, hydraulique, géothermie, biogaz) aux quatre coins de la France. 

Objectifs programmation pluriannuelle énergie
Source : Rapport de la PPE « La France accélère sa transition énergétique »

 

Ce développement doit permettre la réduction de la part du nucléaire dans la production d’électricité. Pour se faire, la PPE propose plusieurs actions : 

 

  • doubler la capacité installée des ENR en 2028, par rapport à 2017 ;
  • développer la filière biogaz d’ici 2028, pour atteindre entre 6 et 8% du mix énergétique ;
  • augmenter de 40 à 60% la production de chaleur renouvelable ;
  • financer le développement de la filière hydrogène…

 

Depuis ce rapport en 2020, la France a revu sa copie pour devenir plus autonome en termes de production d’énergie. 

 

Des nouvelles centrales nucléaires pour 2035 

 

D’ici 2050, RTE a réalisé une projection pour 2050 sur le niveau de la demande d’électricité. Le gestionnaire de réseau estime que la demande totale d’électricité va augmenter de 40%. Couplée avec les sanctions de l’UE envers la Russie et les divers embargos, la France doit revoir sa stratégie d’approvisionnement. 

 

Ainsi, face à ce dilemme, le gouvernement d’Emmanuel Macron a annoncé la construction de 6 nouveaux réacteurs nucléaires. Le secrétaire de l’État auprès de la ministre de la transition écologique, Bérangère Abba, a d’ailleurs déclaré à cette occasion que les dépôts de dossiers pourront débuter à partir de 2023 pour les nouvelles centrales nucléaires. Ce calendrier permettrait ainsi une mise en service des nouveaux réacteurs entre 2035 et 2037. 

 

Le modèle de réacteurs prévus pour ces nouvelles installations est l’EPR 2, une version améliorée de l’EPR actuellement en construction à Flamanville. Cette version, totalement conçue en numérique, offre la possibilité de réaliser des économies d’échelle grâce à des préfabrications en usine. Selon EDF, cette conception en numérique permettrait de repérer plus facilement les possibles anomalies de conception. 

 

Pour l’instant, 4 sites sont en bonne position pour accueillir ces réacteurs nucléaires nouvelle génération : 

 

  • Penly (Seine-Maritime) ;
  • Graveline (Nord) ;
  • Bugey (Ain) ;
  • Tricastin (Drôme) ;

 

Le coût total de la construction de ces nouveaux réacteurs est estimé à 46 milliards d’euros. 

 

Nouveau call-to-action

 

Bientôt des réacteurs à fusion nucléaire dans le mix énergétique français ? 

 

Pour l’instant, le parc nucléaire français est constitué uniquement de réacteurs à fission nucléaire, basé sur des éléments instables, tels que l’Uranium. Néanmoins, des recherches sont en cours pour développer un nouveau type de réacteurs, à fusion nucléaire. C’est notamment le cas dans le sud de la France, avec le projet ITER.

 

Le projet ITER : recréer le soleil pour produire de l’électricité

 

Ce projet a débuté en 1985, lors du sommet des superpuissances de l’époque à Genève, à la suite de la proposition de M. Gorbatchev d’établir une collaboration internationale autour de la fusion nucléaire. Cette idée a abouti en 2010 au lancement de la construction du site sur la commune de Saint-Paul-Lez-Durance, près d’Aix-en-Provence. 

 

Projet ITER centrale à fusion nucléaire

Site en construction du projet ITER

 

La fusion nucléaire correspond au fonctionnement du soleil et des étoiles, avec la création de chaleur grâce à la fusion de plusieurs atomes d’hydrogène. Cette collision des atomes est possible grâce à une pression et une chaleur initiale très élevées (environ 150 millions de degrés). Par la suite, la fusion forme des atomes d’hélium, et libère une quantité très importante d’énergie. 

 

ITER : un enjeu international


Au total, près de 35 pays prennent part actuellement à ce projet et collaborent sur le développement de la fusion nucléaire la plus puissante et performante possible. Cette recherche consiste également à trouver l’équilibre entre performance et sûreté d’exploitation. Parmi les pays représentés dans le projet, on retrouve :

 

  • La France ;
  • L’Union européenne ;
  • La Suisse ;
  • Le Royaume-Uni ;
  • La Chine ;
  • L’Inde ;
  • Le Japon ;
  • La Corée ; 
  • La Russie ;
  • Les Etats-Unis.

 

Carte participants projet ITER

Carte de participation au projet ITER

 

Cette collaboration doit durer 35 ans, le temps de construire et exploiter les installations expérimentales du site. À terme, les projections de performance tablent pour l’élaboration de la première machine avec une quantité d’énergie nette. Cela signifie qu’elle sera capable de produire davantage d’énergie, par rapport à ce qu’elle va recevoir. 

 

Le Tokamak, nom du réacteur expérimental, est conçu pour avoir une puissance de fusion de 500 MW. Cette capacité permet aux chercheurs de tester la réaction du plasma en fusion dans des conditions proches d’une exploitation réelle. 

 

À terme, les réacteurs à fusion, tels que le Tokamak, doivent permettre : 

 

  • une libération d’énergie bien plus conséquente que la fission nucléaire ;
  • une absence de création de déchets radioactifs ;
  • un accès simplifié aux éléments de fusion (Deutérium, Tritium).

 

En attendant ITER et la construction de nouvelles centrales nucléaires

 

D’ici là, et malgré la construction de centrales nucléaires nouvelles générations, le secteur du nucléaire est dans l’expectative avec une situation actuelle très tendue en termes de niveau de production. De nombreux réacteurs sont à l’arrêt pour des maintenances et des problèmes de corrosion. Cela entraîne pour l’année 2022 et 2023 des niveaux de production d’électricité à partir de nucléaire historiquement bas. 

 

Cela va entraîner à moyen terme une hausse des prix de l’électricité et du gaz naturel. Dans la recherche du prix le plus intéressant pour votre entreprise, des prestataires de service, comme Optima Energie, accompagnent les consommateurs dans la maîtrise de leur budget énergétique.

 

Quel est l’accompagnement proposé par Optima Energie sur les contrats d’électricité ? 

 

Optima Energie propose aux entreprises et autres consommateurs professionnels d’énergie (associations…) un accompagnement personnalisé, autour de nombreux sujets énergétiques. Parmi ces services, notre équipe d’experts vous propose une prestation :

 

  • de courtage en énergie, pour dénicher l’offre la plus intéressante pour votre entreprise ;
  • de veille du marché énergétique ;
  • d’optimisation de vos coûts énergétiques, associés à votre consommation (CEE, marché de capacité, TURPE, etc.)
  • de conseil sur la stratégie d’achat énergétique à long terme de votre entreprise…

 

A partir de vos documents énergétiques (devis, factures, contrats…), Optima Energie vous transmet un audit personnalisé en moins de 48 heures. Cet audit détaille les axes d’amélioration, avec les solutions à votre disposition pour maîtriser à long terme votre budget. 

 

Vous souhaitez un audit énergétique de votre entreprise ? 

 

Nouveau call-to-action

marius-ciocirlan-vMV6r4VRhJ8-unsplash

Steven Perros

Chargé de marketing chez Optima Energie, j'ai pour mission de vous simplifier la compréhension du monde de l'énergie !

Ces articles pourraient également vous intéresser

autoconsommation panneau photovoltaïque sobriété énergétique

Les panneaux solaires : quels avantages pour son autoconsommation ?

Depuis une quinzaine d’années, le panneau solaire est une technologie en plein développement, capable de couvrir en…

Lire la suite
efficacité énergétique industrie conseil en énergie

Efficacité énergétique dans l’industrie : quels avantages d’être accompagné par un cabinet de conseil en énergie ?

Le contexte actuel sur le marché de l’électricité et du gaz naturel impose aux consommateurs professionnels d’énergie…

Lire la suite
Réduire consommation énergie sobriété efficacité énergétique

Le courtage en énergie selon Optima Énergie

Présent sur l’ensemble du territoire français, Optima Énergie est un courtier en énergie résolument engagé dans la…

Lire la suite

Vous souhaitez recevoir les derniers conseils des experts Optima Energie ?

Inscrivez-vous à la newsletter du blog pour recevoir les nouveaux articles dès leur parution.