Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Filtrer par Catégories
Actualités
CEE / Décret tertiaire
Courtage en énergie
Énergie
Fournisseurs
Témoignages
Transition énergétique

  21/02/2022

La tendance du marché de l’énergie – Février 2022

Partagez cet article

La tendance du marché de l’énergie (électricité, gaz, charbon, pétrole, carbone), entre fin janvier et début février, s’est caractérisé par une forte volatilité des prix, causée par un contexte géopolitique complexe et tendu.


Quel est le contexte actuel ? 

Une relation Russie – Occident très tendue, qui influence le prix du gaz naturel

Début février, les relations entre la Russie, l’Europe et les Etats-Unis se sont tendues, sous le prisme d’une potentielle invasion russe en Ukraine. Cet échange entre ces pays a impacté le cours du marché du gaz naturel, dans de grandes proportions. En effet, la Russie est, en compagnie de la Norvège, le principal fournisseur de gaz naturel en Europe. Ainsi, avec les tensions géopolitiques, la Russie a menacé l’Europe de réduire son approvisionnement en gaz naturel. Or, l’hiver 2021-2022 de l’Europe est compliqué en termes de stockage de gaz. 

Les niveaux sont très faibles, par rapport aux normales de saison en France. Au 14 février, le niveau des stocks de gaz naturel en France était de 28%, pour un volume de 36 TWh. En janvier, le niveau de stockage était de 48%, preuve que le conflit russe pèse sur l’approvisionnement européen. Les annonces de Poutine sur le retrait des troupes russes à la frontière de l’Ukraine laissent présager une accalmie à venir sur le marché gazier. Néanmoins, ces annonces doivent être prises avec prudence. Des revirements de situation peuvent survenir ces prochaines semaines.

A noter la découverte par les Emirats Arabes-Unis de nouvelles réserves offshores, d’un volume global estimé entre 42,5 et 56, 5 milliards de mètres cubes. Cette annonce, faite par Abu Dhabi National Oil, vient rassurer le marché gazier sur le moyen/long terme, par une disponibilité énergétique revue à la hausse. 

 

Une météo toujours au-dessus des normales de saison

La douceur aperçue au cours du mois de janvier s’est maintenue sur la première moitié du mois de février, avec des températures oscillant autour des 7-9 degrés en moyenne. Cette douceur exceptionnelle limite la demande énergétique en électricité et gaz naturel en France, et par la même occasion, la hausse des prix. Selon Météo France, la tendance devrait se maintenir sur la fin février et début mars, et aider les gestionnaires de réseau et producteurs d’énergie à limiter la hausse des prix. 

 

La production de pétrole toujours aussi limitée

La crise géopolitique entre la Russie et l’Europe a également influencé les cours du pétrole à la hausse. Comme vu dans la tendance de janvier, le cours du marché était déjà dans une situation haussière, guidé par la difficulté des producteurs à répondre à la demande croissante. La situation en Ukraine a ajouté de l’incertitude sur le marché, et soutenu la tendance haussière sur la première moitié de février. Il faut savoir que la Russie est l’un des trois plus grands producteurs de pétrole au monde, en compagnie des Etats-Unis et de l’Arabie Saoudite. Malgré l’annonce du retrait des troupes à la frontière ukrainienne le 15 février, la crainte d’une réduction de la production russe en pétrole est toujours palpable. Tant que les tensions ne seront pas réellement retombées, le cours du pétrole devrait se maintenir sur cette fin de mois de février, et début mars. 

 

Une production nucléaire revue à la baisse, suite à de nouveaux réacteurs mis à l’arrêt

Début février, trois nouveaux réacteurs ont été mis à l’arrêt, suite à la détection de problèmes de corrosion sur des systèmes de sécurité sur le réacteur de Chinon 3, Cattenom 3 et Bugey 4. Conséquence directe, la production nucléaire a été revue à la baisse pour 2022. EDF mise sur une production entre 295 et 315 TWh, alors qu’initialement, l’entreprise prévoyait une production entre 340 et 370 TWh. La baisse de production devrait se maintenir sur 2023, avec un volume de production estimé entre 340 et 370. Néanmoins, cette estimation sera ajustée selon les évolutions des corrections apportées aux réacteurs en maintenance, et la détection de potentiels nouveaux problèmes. Cette nouvelle est un nouveau coup dur pour le marché de l’électricité en France, déjà enclin à une tendance haussière depuis la fin de l’année 2021. 

Pour limiter cette hausse sur la fin de l’hiver, la France a décidé de relancer certaines centrales thermiques, dont celle de Gardanne, dans les Bouches-du-Rhône. Cet allègement des règles sur l’utilisation d’énergies fossiles par la France devrait limiter les hausses du prix de l’électricité, si la douceur hivernale se maintient. De plus, l’annonce d’Emmanuel Macron sur la construction de 6 à 14 nouveaux EPR en France viennent rassurer le marché de l’électricité à plus long terme, et par conséquent, limiter la hausse des prix. 

 

Quel est l’impact sur les prix de l’énergie ?

Le point sur le marché de l’électricité

 

tendance marché énergie électricité février 2022

 

Après une légère baisse début janvier, les prix de l’électricité ont connu une tendance haussière constante, passant de 121,92 €/MWh, au 12 janvier, à 156,59€/MWh au 16 février. Cela représente une hausse de 28% en l’espace d’un mois. Cette hausse s’explique en grande partie par la faible disponibilité actuelle des réacteurs nucléaires français. Les tensions entre la Russie et l’Europe ont influencé les prix du marché du gaz, et par conséquent, ceux sur le marché de l’électricité. D’ici la fin de l’hiver, les prix de l’électricité devraient se maintenir à des niveaux élevés. En effet, le contexte actuel laisse présager que seul une baisse de la demande pourra entraîner une baisse des prix. Cette situation est similaire sur le marché du gaz naturel. 

 

Le point sur le marché du gaz naturel 

 

tendance marché énergie gaz naturel février 2022

 

Les cours du gaz naturel ont suivi la même trajectoire que ceux de l’électricité au cours du mois de février, portés par la hausse des tensions entre la Russie et l’Occident. En combinant cela avec le faible niveau de stockage en France et en Europe, le CAL N+1 du gaz naturel a connu un pic fin janvier, à 56,267€/MWh, et un second pic le 14 février, à 55,748€/MWh. Les prix sont ensuite retombés autour des 50€/MWh, suite aux annonces de Poutine sur le retrait des troupes militaires. Malgré tout, les prix ont connu en un mois une hausse de 15%, entre le 17 janvier et le 16 février. Selon les évolutions de la situation géopolitique, les cours du gaz naturel devraient rester volatils sur les prochaines semaines. 

 

Le point sur le marché carbone 

 

tendance marché énergie carbone février 2022

 

Les tensions sur les marchés électrique et gazier ont eu pour effet de porter les cours du marché carbone sur la première partie du mois de février. En effet, l’usage des énergies fossiles pour combler les manques de la production électrique a incité les investisseurs à se positionner sur le marché. Cela a entraîné un pic à près de 96,43$ la tonne de carbone émise au 4 février. Puis, à partir du 9 février, la tendance s’est inversée, pour s’établir à 88,37$/T CO2. Le souhait de l’Union Européenne de réduire au fur et à mesure les quotas émis devrait maintenir à long terme ce marché, et entraîner les cours de l’énergie à la hausse à long terme. 

 

Le point sur le marché du pétrole  

Le marché du pétrole est actuellement en constante augmentation, porté par les stocks en baisse aux 4 coins du monde, les difficultés de production en volume et les tensions géopolitiques. Ainsi, entre le 14 janvier et le 14 février, les cours sont passés de 86,32$ le baril de BRENT, à 95,70$, soit une hausse de 10% en un mois. Le contexte actuel, couplé à la reprise économique et les assouplissements au niveau des restrictions sanitaires, devrait maintenir le cours à des niveaux élevés. De plus, l’arrivée prochaine du printemps et la hausse de l’usage automobile vont porter le cours du pétrole à moyen terme. 

 

 Le point sur le marché du charbon 

 

tendance marché énergie électricité charbon 2022

 

Le marché du charbon poursuit sa hausse incessante, portée par la reprise économique et l’interdiction des exportations depuis l’Indonésie, et la faible disponibilité nucléaire. Ainsi, les cours du charbon sont passés de 154,35$/T au 14 janvier, à 191,5$/T au 14 février, soit une hausse de 24% sur la période. Puis, au 15 février, les cours ont connu une légère baisse, suite à l’annonce de la Chine d’augmenter sa production de charbon, pour éviter toute pénurie d’électricité au cours de l’année 2022. Selon l’évolution des températures, le marché du charbon devrait rester très volatil dans les prochaines semaines.

Si vous souhaitez suivre les tendances mensuelles des marchés de l’énergie, vous pouvez vous inscrire dès maintenant à la newsletter d’Optima Energie.

 

marius-ciocirlan-vMV6r4VRhJ8-unsplash

Steven Perros

Chargé de marketing chez Optima Energie, j'ai pour mission de vous simplifier la compréhension du monde de l'énergie !

Ces articles pourraient également vous intéresser

Producteurs gaz naturel

Quels sont les plus gros producteurs de gaz au niveau mondial ?

L’exploitation et la production de gisements de gaz naturel en Europe et dans le monde entier connaît…

Lire la suite

La tendance du marché de l’énergie – Avril 2022

Le marché de l’énergie s’inscrit dans la continuité des mois précédents. Il y a une forte volatilité…

Lire la suite
coûts méthanisation énergie gaz électricité

Comment optimiser les coûts de son activité de méthanisation ?

L’activité de méthanisation est au cœur de la stratégie portée par l’Union Européenne et la France. Cette…

Lire la suite

Vous souhaitez recevoir les derniers conseils des experts Optima Energie ?

Inscrivez-vous à la newsletter du blog pour recevoir les nouveaux articles dès leur parution.