11/01/2021

Le marché de capacité, quelles conséquences sur votre budget d’électricité ?

Partagez cet article

Le marché de capacité a été instauré en 2017 par RTE. Il garantit un équilibre entre offre et demande d’électricité sur le marché français. Ce mécanisme est utilisé lors des périodes de pic de consommation énergétique, en hiver. Il part du constat simple que l’électricité ne se stocke pas. Il est donc important d’avoir un équilibre entre offre et demande pour assurer un approvisionnement de qualité. Ce dispositif est à suivre de près : il peut entraîner des surcoûts sur vos factures d’énergie, et des coupures d’électricité sont susceptibles d’arriver vers février 2021 !

Dans cet article, nous allons nous attarder sur ce dispositif pour comprendre comment il fonctionne. Nous vous donnerons ensuite les clés pour réduire les impacts sur votre budget énergétique. 

 

Comment fonctionne le marché de capacité ? 

 

Le marché de capacité est un mécanisme qui concerne les fournisseurs d’énergie, les producteurs d’électricité et le gestionnaire de réseau RTE. On classe ces acteurs en deux groupes :

 

  • Les exploitants de capacité : On retrouve ici tous les producteurs d’énergie, et les consommateurs disposant de capacité d’effacement de consommation. 
  • Les acteurs obligés : On retrouve ici tous les fournisseurs d’énergie proposant une offre énergétique en France.

 

Les exploitants de capacité : les producteurs d’électricité

 

Les exploitants de capacité doivent prouver la quantité d’énergie qu’ils peuvent produire pendant une période donnée, au travers de certificats ou garanties de capacité. A titre d’exemple, le propriétaire d’un générateur de 10 MW peut s’engager à rendre disponible 8 MW, pour combler la production électrique française. A partir de cette production disponible, le propriétaire obtient 80 garanties de capacité. Une garantie est égale à 0,1 MW. Cela va permettre de connaître la capacité maximale du réseau à produire de l’électricité. Pour information, la capacité d’effacement est une démarche volontaire de réduction de la consommation énergétique. 

 

Les acteurs obligés : les fournisseurs d’électricité

 

De l’autre côté, les acteurs obligés doivent démontrer que la demande de leurs clients peut être couverte par la capacité de production du réseau électrique. Pour cela, les fournisseurs doivent détenir des volumes de capacité de production, et ce, en fonction de la consommation effective de leurs clients. De ce principe, les fournisseurs peuvent avoir 2 stratégies : 

 

  1. Ils possèdent leurs propres moyens de production, ou capacités d’effacement ;
  2. Ils choisissent d’acheter ces garanties de capacité auprès des producteurs d’énergie

 

RTE : un rôle de pilotage du mécanisme

 

Il y a un troisième et dernier acteur : RTE. Son but est de gérer le réseau d’acheminement de l’électricité et le pilotage opérationnel du mécanisme. Il suit l’état du réseau et alerte les producteurs et fournisseurs en cas de pic de consommation. Durant ces pics, ces acteurs vont ainsi faire en sorte que le réseau soit en mesure de répondre à la demande. Pour ce faire, RTE calcule la quantité de garanties de capacité que le fournisseur doit acheter, selon la taille de son portefeuille client. 

 

Des actions précises pour réguler le marché de capacité

 

Si la demande est trop importante par rapport à la capacité du réseau, Enedis et RTE prennent certaines mesures. Ils peuvent décider de réaliser des coupures énergétiques volontaires localisées. Cela évite des coupures d’électricité généralisées. Le rôle de la CRE est de surveiller :

  • le bon déroulement du marché,
  • les pratiques des différents acteurs,
  • publier les données et informations nécessaires à la bonne gestion du mécanisme. 

Comment RTE gère concrètement cette tension du réseau électrique ? 

 

Les garanties de capacité sont calculées à partir d’un coefficient, selon la quantité de consommation des clients, sur certaines périodes de l’année. RTE sélectionne ainsi des jours où la consommation d’électricité peut atteindre un pic et ainsi tendre le réseau. Cette sélection se base sur deux motifs distincts : 

 

  • les prévisions météorologiques : ces jours sont appelés PP1, et concernent les jours où les conditions météorologiques vont faire augmenter la consommation énergétique en France. Chaque année, 10 à 15 jours sont concernés par ce motif, réparties entre janvier et mars, et entre novembre et décembre. RTE prévient la veille pour le lendemain les fournisseurs pour leur indiquer que ce jour sera un jour PP1. 
  • la tension du réseau : ce motif concerne chaque année 15 à 25 jours. Ici aussi, RTE émet un signalement la veille pour le lendemain, pour mobiliser toutes les forces de production alternatives, afin d’assurer un approvisionnement pour la population française. 

 

Comment RTE aborde l’hiver 2020-2021 en termes de sécurité d’approvisionnement ? 

 

La situation sur l’approvisionnement électrique risque d’être tendue cet hiver. En effet, depuis le premier confinement, le calendrier de maintenance des centrales nucléaires françaises a dû être décalé. Avec les deux confinements, le calendrier des arrêts de tranches nucléaires a dû être revu, et retardé. Ainsi, plusieurs centrales ont été à l’arrêt durant l’été, causant une hausse des prix de l’électricité. Plusieurs centrales viennent seulement de retrouver une activité. C’est le cas notamment des centrales nucléaires de Graveline, de Cattenom, et de Chinon B. Ces dernières ont repris une activité de production fin novembre. 

 

Le problème du décalage de planning va se situer à la fin de l’hiver, vers février 2021. En effet, 13  réacteurs sont à l’arrêt pour suivre le programme de maintenance. Ces mises à l’arrêt successives vont réduire la capacité de production électrique en France. Ainsi, en cas de vague de froid intense, il est possible que la France manque d’énergie pour répondre à la demande. Pour rappel, l’énergie nucléaire compte pour près de 70% du mix électrique français. 

 

Un risque de coupure de courant à la fin de l’hiver 2021 ?

 

Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, s’est d’ailleurs exprimée sur le sujet. En cas de grosse vague de froid, il sera possible de recourir à un mécanisme de régulation. Cela permettra de réduire la demande électrique, afin d’éviter un black-out généralisé. Cette régulation est gérée par RTE et Enedis, qui peuvent couper l’alimentation des bâtiments et industries présents dans une zone définie. Cette option est à envisager sérieusement pour cet hiver. D’ailleurs, selon Eric Pharabot, directeur régional de RTE, cette mesure de coupure spontanée pourrait atteindre maximum 2 heures localement. 

 

D’ailleurs, cette situation a influencé les prix des tarifs réglementés de vente d’électricité. En effet, la CRE a proposé, le 17 janvier 2021, au gouvernement une hausse des tarifs réglementés de vente d’électricité. Ainsi, au 1er Février 2021, ces tarifs pourraient augmentés de 2,6% TTC pour tous les professionnels indexés à cette offre. Cela est pour répondre aux garanties de capacité à développer, afin d’assurer un équilibre entre offre et demande d’électricité.

 

Téléchargez le guide de l'énergie pour réduire durablement le prix de votre facture

 

Quelle est la tendance pour 2021, 2022 et 2023 ? 

 

Cette baisse de disponibilité et de production des centrales nucléaires françaises a entraîné une forte hausse sur le marché de capacité. En effet, les dernières enchères de capacité viennent d’être publiées sur EEX Spot, pour les années de livraison 2021/2022. Les enchères se sont élevées à 39 095 €/MWh, soit une hausse de plus de 290% par rapport aux prix des enchères par rapport à 2016 ! Cette tendance haussière sur le marché de capacité risque d’entraîner, sur le moyen terme, une hausse de votre facture énergétique.

Comment éviter ces aléas pour votre entreprise ? 

 

La consommation électrique sur les jours PP1 peut également engendrer une hausse du tarif de votre facture énergétique. En effet, les fournisseurs d’énergie font payer une partie du montant des garanties de capacité à leurs clients, pour financer ces achats. Ce montant est aujourd’hui identifiable sur vos factures, sur la ligne “capacité”.

 

La première solution pour votre entreprise est de réduire vos besoins énergétiques. Vous évitez ainsi de payer une énergie surfacturée sur les heures concernées, durant ces jours de forte tension sur le réseau. Pour rappel, cette modération volontaire de votre consommation électrique est appelée “effacement de consommation”. Cet effacement est à concentrer sur une période totale de 10h par jour : entre 7h du matin et 15h, puis entre 18h et 20h du soir. En cas de grosse consommation sur ces tranches horaires, on estime que le surcoût moyen par MWh consommé est de l’ordre de 4 à 5€. Ce coût varie selon votre consommation en heures de pointe et aussi selon les enchères de capacité. 

 

Une solution : réduire vos besoins énergétiques

 

Pour réduire vos besoins énergétiques, vous pouvez mettre en place des gestes simples au sein de votre entreprise. Pour vous aider, nous avons élaboré pour vous une infographie qui vous donne 11 conseils pour vous permettre de faire rapidement des économies d’énergie pour votre entreprise. Par exemple, programmer le fonctionnement de vos appareils énergivores sur les heures creuses ! Vous pouvez d’ailleurs suivre en temps réel l’état du réseau électrique avec le site monecowatt.fr. Ce site vous permet de repérer quand le réseau est en rouge, signe que des coupures d’énergie peuvent survenir. 

 

La seconde solution peut être de changer de contrat d’énergie. En effet, travailler sur la structure même de votre contrat peut vous permettre d’éviter des désagréments de surfacturation. Vous pouvez opter pour un contrat basée sur un approvisionnement à l’ARENH. Ces offres vous permettent de consommer une partie de votre énergie à un prix nettement inférieur aux prix de marché actuels. Ce mécanisme vous permet ainsi de réduire les conséquences de l’augmentation des prix de l’énergie en heures pleines. 

 

Vous souhaitez en discuter avec un conseiller ? 

 

marius-ciocirlan-vMV6r4VRhJ8-unsplash

Steven Perros

Chargé de marketing chez Optima Energie, j'ai pour mission de vous simplifier la compréhension du monde de l'énergie !

Ces articles pourraient également vous intéresser

Taxes Optima Energie

A quoi servent les taxes énergétiques ?

En France, la facture d’énergie est structurée en 3 grandes catégories : la consommation directe de l’énergie…

Lire la suite
Taxes énergétiques

A la découverte des taxes énergétiques

Vous avez sûrement déjà observé la facture d’énergie de votre entreprise, et découvert une importante partie réservée…

Lire la suite
TVA Optima Energie

La TVA dans le milieu de l’énergie

Les taxes sur la facture d’électricité et de gaz naturel représentent en moyenne 33% de la facture…

Lire la suite